Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

100%

  • Henri Texier "Azur" Quartet : An Indian’s Week

    henri texierHenri Texier, homme passionné, se définit volontiers comme un bluesman. Sans doute parce que sa musique, habitée par un chant puissant, se nourrit de révolte autant que d’espoir. Le contrebassiste, découvreur de talents après avoir côtoyé les plus grands, a su élaborer au fil des ans une œuvre fiévreuse traversée d’humanité. Ponctué d’intermèdes improvisés déclinés à la façon d’un semainier, cet album phare fait surgir des émotions multiples qui résonnent comme autant d’hymnes dédiés à une Terre épuisée par l’Homme. Et puis, au détour d’une mélodie nostalgique apparaît, en couleur sépia, le regard malicieux d’une grande dame du cinéma français.

    Date de parution : 2 août 1993 (Label Bleu)

  • Van Morrison : Too Long In Exile

    van morrisonIl s’en est fallu de peu pour qu’Astral Weeks, le chef d’œuvre de l’Irlandais bougon aujourd’hui anobli, figure aux premières places de cette sélection. L’histoire prouve cependant qu’on aura toujours pu compter, année après année, sur la présence rugissante de Van Morrison depuis l’époque du groupe Them. En témoigne ce disque gorgé de blues, marqué par la présence de John Lee Hooker, notamment pour une reprise noueuse de « Gloria ». La voix du Vieux Lion n’a jamais été aussi belle, lui qui déplore le temps perdu et regrette de s’être trop longtemps éloigné de ses amis. Frisson garanti !

    Date de parution : 8 juin 1993 (Polydor)

  • Stan Getz - Kenny Barron : People Time

    stan getz, kenny barronSi ce disque n’est pas le plus représentatif de la carrière de Stan Getz, il n’en est pas moins le témoignage ultime dont la charge émotionnelle tient au fait que la route de celui qu’on surnommait « The Sound » parvenait à son terme. Enregistré en mars 1991 au Café Montmartre de Copenhague, ce testament saisit la force vitale qui habitait un duo dont chaque note est d’une stupéfiante beauté. Selon Kenny Barron, cette musique est « vraie, honnête, pure et belle, malgré la douleur qui l’habite ou grâce à elle ». C’est là le miracle de ce People Time.

    Date de parution : 27 janvier 1992 (Emarcy)

  • Simon Goubert : Haïti

    simon goubertAvec ce premier album dont l’inspiration coltranienne n’aura échappé à personne, le batteur affirme une personnalité des plus attachantes. On suivait de près Simon Goubert depuis ses voyages sur la planète Kobaïa, tant aux côtés de Magma qu’au sein d’Offering ; le voici sur le devant de la scène, entamant un long parcours qui fera de lui l’un des musiciens les plus inspirés du jazz européen, pour qui le chant demeure une valeur essentielle. Épaulé par Steve Grossman, il plonge au cœur d’une musique intense, s’autorisant même la transfiguration de « Take Five » immortalisé par le Dave Brubeck Quartet.

    Date de parution : Mai 1991 (Seventh Records)

  • Claudio Monteverdi, John Eliot Gardiner : Vespro Della Beata Vergine

    monteverdiVingt-cinq ans après un premier enregistrement et une multitude de représentations données dans les cathédrales de l’Europe entière, Sir Eliot investit la basilique Saint-Marc de Venise pour commémorer la fondation du Monteverdi Choir, le temps de deux concerts les 10 et 11 mai 1989, et la célébration de cette œuvre majeure du compositeur vénitien. Tout dans cette musique est bouleversant, d’une beauté chargée d’émotion et d’exaltation. Un chant éternel, servi par une interprétation riche et habitée. Le temps semble n’avoir aucune prise sur ces psaumes, hymnes et concertos qui culminent avec un Magnificat à six parties pour voix et orgue.

    Date de parution : 1990 (Archiv Production)

  • Philip Glass : Solo Piano

    062 - Philip Glass - Solo Piano.jpgPhilip Glass appartient à ce qu’on nomme le courant minimaliste, qu’on distinguera en quelques mots de la musique sérielle par une présence plus forte des émotions. Seul au piano, le compositeur américain révèle sa part de romantisme, laissant parfois surgir aussi des accords hérités du gospel. Sa retenue et ses silences savamment construits sont de ceux qui vous happent dans le noir profond de leur « entre notes ». Les inspirations sont multiples : une nouvelle de Kafka, un discours du Dalaï Lama ou une rencontre avec son ami Allen Ginsberg. Ce solo, d’une ténébreuse beauté, exhale un parfum d’éternité.

    Date de parution : 7 août 1989 (CBS)

  • Steve Reich : Different Trains

    steve reichL’histoire dit que Steve Reich a pensé ses déphasages en observant le rythme désynchronisé de deux paires d’essuie-glace lors d’un embouteillage sous la pluie. La singularité du compositeur, qu’on qualifie de minimaliste ou sériel, ne tient pas qu’à ce constat, on s’en doute. Son œuvre, d’une précision redoutable, très exigeante pour ses interprètes, reste néanmoins ouverte à beaucoup d’influences. Elle a fait appel aux plus grands, tels le Kronos Quartet ou Pat Metheny, recourant si nécessaire aux bruits de la ville ou à des voix captées à la volée avant de les transformer en musique. Une aventure de vie !

    Date de parution : 1989 (Nonesuch Records)

  • Michel Portal : Turbulence

    michel portalHomme de toutes les musiques, capable de célébrer Bach ou Brahms un soir et de s’aventurer dès le lendemain sur les sentiers d’une création en toute liberté, aux confins du free si nécessaire, le clarinettiste basque a toujours avancé, tel un funambule, sur le fil tendu par ses passions multiples. Ici entouré d’une avant-garde symbole de fusion des styles, introduisant l’électricité et les traitements sonores, Michel Portal explore et envoûte. Un processus toujours en cours d’élaboration trois décennies plus tard, aux côtés de quelques-uns de ses brillants jeunes pairs qui, sans doute, aimeraient connaître le secret de son éternelle jeunesse.

    Date de parution : Mai 1987 (Harmonia Mundi)

  • Offering : I - II

    christian vander, offeringCeci est un disque d’amour. On connaissait depuis longtemps la passion foudroyante éprouvée par Christian Vander envers John Coltrane, son « père spirituel » en musique. Délaissant le déferlement de Magma, le batteur se fait ici d’abord chanteur (et pianiste) et offre en partage une musique brûlante, proche parfois de la transe. Plus que jamais l’idée du Cri est présente au fil de compositions dont l’intensité ne se relâche jamais. Le nom du groupe provient du titre de l’ultime album du saxophoniste et prend ici tout son sens. Ce premier volet du chant profond et nocturne d’Offering est une offrande.

    Date de parution : Décembre 1986 (Jaro)

  • Michael Jackson : Thriller

    michael jacksonLe disque des records absolus, vendu en de phénoménales quantités à travers le monde. Pour ce sixième album solo, Michael Jackson aligne les tubes planétaires avec le concours de Quincy Jones. Il fait une démonstration qui reste inégalée à ce jour. Qu’on soit ou non sensible à son esthétique, il est impossible de ne pas penser que Thriller est l’un des albums phares de la musique pop au XXe siècle. C’est une super production culminant en une série hallucinante de hits. Une machine à rythme saisissante, entrecoupée de quelques balades, dont « The Girl Is Mine » avec Paul McCartney.

    Date de parution : 30 novembre 1982 (Epic)